« Festung Saint-Malo », les fortifications allemandes Est, Sud-Est

Quand :
21 janvier 2019 @ 14:30 – 17:30
2019-01-21T14:30:00+01:00
2019-01-21T17:30:00+01:00
Où :
IUT

par M. Renaud BLAISE

Festung Saint-Malo Est et Sud-Est

 
Comme nous l’avions vu dans une première intervention le 18 septembre 2017, la ville de Saint-Malo avait été décrétée « Festung » , Forteresse, par décision du Führer en 1942. De ce fait une formidable campagne de construction d’ouvrages défensifs débuta qui couvrit le pays malouin de quelque 550 bunkers construits en un temps record par l’Organisation Todt.
De la Pointe de la Varde à Saint Briac jusqu’à Pleurtuit, pas moins de 140 positions fortifiées, Stützpunkte et Widerstandpunkte, furent équipées d’armement de tous calibres, destinées à protéger le port contre une attaque alliée.
Après avoir évoqué les défenses côtières de Saint-Malo, nous allons nous intéresser , dans cette nouvelle intervention, à la ligne protégeant la ville sur son flanc est et sur son flanc sud.
Hormis quelques vestiges encore visibles, cette partie est moins connue car moins spectaculaire. Les Allemands attendant une attaque ennemie par la mer avaient privilégié une fortification plus concentrée le long du littoral.
Un itinéraire nous sera proposé qui nous mènera de Châteauneuf d’Ille & Vilaine à Saint-Guinoux. Puis par le « Canal des Allemands » nous regagnerons Saint-Benoît-des-Ondes et ses deux ouvrages. En remontant par la côte, nous atteindrons Cancale avec ses diverses positions dont celles de la Barbe-Brûlée et du Grouin. En suivant la côte par le Meinga et l’anse de Rothéneuf nous évoquerons la Batterie Kullak de Saint-Coulomb avant d’atteindre Saint-Ideuc, gros point de défense anti-aérienne.
À partir de là, nous suivrons une ligne de défense rapprochée, avec différents points fortifiés, qui nous mènera à la Batterie des Ormeaux et à la Montagne Saint-Joseph où se déroulèrent d’âpres combats. Ensuite nous continuerons en direction de la route de Rennes avec ses points de défense de la Madeleine et de la Baronnie, ce jusqu’à la propriété de la Briantais où siégeait, dans un confortable bunker, la Direction de l’Organisation Todt. Seront également évoqués les fortifications de la caserne de Lorette et de l’hôpital du Rosais.
Tous ces éléments seront développés dans une présentation qui aura pour but de faire découvrir cette partie méconnue des défenses allemandes de Saint-Malo, de faire revivre cette portion d’histoire souvent ignorée du grand-public loin d’imaginer l’ampleur de ces constructions aujourd’hui partiellement disparues, soit démantelées dès la fin des hostilités, soit détruites ou enfouies au fil du temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *