Notre nouveau bulletin de liaison: L’écho de la SHAASM n° 00

Scène de tempête et de naufrage vue de la rade et du port de Saint-Malo, prise de l’anse des Sablons à Saint-Servan [entre 1775 et 1800]. Jean-François Hüe [1751-1823], Musée national de la Marine
  • Le mot du Président [Jean-Luc Blaise]
  • Saint-Malo à l’heure du confinement [Gilles Foucqueron]
  • Il y a 120 ans… [Jean-Louis Colliot]
  • Coopération renouvelée entre la SHAASM et l’UTL [Jean-Luc Favre]
  • Les annales de la SHAASM de 1900 à 2008 disponibles sur Gallica [Raphaël Tréglos]
  • Point sur les cotisations 2020 [Yves Berthier et Raphaël Tréglos]
  • Gabriel Foligné, René Roussel : que de souvenirs ! [Jean-Luc Blaise]
  • herodote.net: le meilleur site d’histoire, juste après shaasm.org

Le mot du Président

Dans une période de turbulences et d’ébranlement où s’imposent des mesures de distanciation sociale, conserver les liens tissés entre nous est essentiel. Les outils de communication nous permettent d’échanger avec famille et amis. Ils peuvent aussi faire perdurer notre intérêt commun pour l’Histoire. Il nous faut tenir dans la durée. C’est notre souhait en vous proposant cet Écho de la Shaasm, bulletin d’informations à périodicité aléatoire, qui complétera notre site internet. Le 17 février, comme chaque troisième lundi du mois, nous étions deux-cents à remplir l’amphithéâtre de l’IUT. Lors de ces retrouvailles, le plaisir de la rencontre se lisait sur les visages et s’entendait dans les travées ! Le mardi 10 mars les assidus des permanences se sont retrouvés, leurs murmures emplissant la bibliothèque. Depuis, la passion de la santé étant encore plus forte que la passion malouine de l’Histoire, nous avons annulé réunions, permanences, conférences et excursions. Mais le temps qui nous rapproche d’une liberté désirée, s’écoule trop lentement. Espérons qu’avec la discipline que chacun applique, nous la gagnerons. Nous la pratiquerons, sans doute, avec une nouvelle sagesse, à partir du 11 mai. La prudence nous oblige toutefois à annuler la conférence du 18 mai. En attendant, même au ralenti, notre Société continue à vivre. Avec les Éditions Cristel nous travaillons à la réalisation des Annales 2019 et le sixième volume des Dossiers de la Société d’Histoire est quasiment bouclé. À la demande du CTHS et de la Bibliothèque nationale de France, nous participons au dépouillement des publications savantes dans une bibliographie nationale. Ces quelques pages tiennent à vous manifester notre attention pendant ces temps qui nous confinent et nous laissent encalminés. Je vous souhaite une bonne lecture et un bon courage persévérant. Jean-Luc BLAISE, président

Saint-Malo à l’heure du confinement

L’émergence d’un virus de Chine a envahi le monde en quelqu ees mois seulement. Accélération du temps quand nous réfléchissons à celui qu’il a fallu à l’homme européen pour se rendre en Chine. Le développement des moyens de communications et le désir des hommes de partir à la découverte des peuples étrangers ont, de tout temps, aider à la progression de maladies, comme le rappelle de nos jours, la mondialisation du VIH et de Ébola. En dehors des maladies parasitaires, à l’image du paludisme, l’essentiel des épidémies trouve ses origines en des bactéries et des virus. Ces microorganismes se différencient par leur matériel génétique. A l’image des animaux, les bactéries possèdent de l’ADN et de l’ARN, contrastant avec les virus qui ne portent en eux que l’un des deux. Avant que la science puisse pénétrer dans le mystère de la vie, avant même les travaux de Darwin sur L’origine des espèces, Maupertuis a évoqué les bases de la génétique moderne. Il a deviné l’évolution des espèces et le rôle joué par la sélection naturelle. Il a deviné le rôle des mutations permettant à l’homme d’être ce qu’il est aujourd’hui. Cette capacité de muter est la cause de l’apparition du Covid 19 qui tire son nom par le fait d’appartenir à une souche de coronavirus apparue en 2019. A chaque siècle, ses épidémies. Au Moyen-Âge, la peste due à la bactérie de Yersin, Yersinia pestis, ravage l’Europe entière. Au siècle des Lumières, la variole due à un pox virus n’hésite pas à frapper les familles royales, tels Louis XV qui en meurt. Au 19e siècle, le choléra due cette fois à une bactérie sévit essentiellement dans les milieux populaires, du fait du rôle essentiel de l’eau, sans pour autant épargner Casimir Périer, Président du Conseil. Aujourd’hui, revenant chaque hiver prélever sa part mortifère, le virus de la grippe se rappelle à nous par ses résurgences cycliques. La plus terrible est celle de la grippe dite espagnole qui emporte dans la tombe plus que la Grande-Guerre elle-même. Celles de 1968 et du H1N1, plus récemment ne sont, heureusement, que de pâles copies. Les recherches de l’Institut Pasteur ont trouvé d’autres traces dans le temps de crises grippales semblables. Une pandémie frappe le monde moderne en 1557, l’année au cours de laquelle décède Jacques Cartier. L’année de son deuxième voyage en 1535, la peste frappe encore aux portes de Saint-Malo. Un sieur Charles Quiberet vient de décéder des effets de la peste. Le corps municipal ordonne immédiatement les mesures d’urgence pour éviter la contamination de leurs concitoyens. L’hôpital Saint-Thomas est désigné pour recevoir les malades, avant qu’on ordonne leur confinement, ainsi que leurs familles, dans leur maison, sans aucune autorisation d’en sortir. La communauté assume la charge de leur apporter à boire et à manger. Ces mesures sont suffisantes, à l’évidence, pour permettre à Cartier de partir quelques mois plus tard vers son destin canadien, évitant les dépopulations de la Grande Peste, au XIVe siècle. Un des derniers soubresauts frappera Marseille en 1720, provoquant à Saint-Malo, la destruction par le feu de vaisseaux en provenance des zones contaminées. Aussi, soyons sages, respectons les mesures prises, aussi imparfaites peuvent-elles être, mais chacune de ces épidémies a ses caractères propres, plus encore quand il s’agit d’un nouveau virus. Personne ne détient l’entière vérité. Personne ne peut prédire de l’évolution certaine de ce virus. La règle est d’éviter la contagion et profiter du temps qui nous est donné pour se consacrer au passé et à ses leçons. Gilles FOUCQUERON, administrateur

Il y a 120 ans…

La presse malouine d’il y a 120 ans (1899-1900), au moment de la création de la Société Historique et Archéologique de l’Arrondissement de Saint-Malo, nous offre un panel d’articles variés mêlant l’actualité internationale, nationale et locale. Les deux journaux les plus diffusés à Saint Malo (Le Salut et L’Union Malouine et Dinannaise) sont d’orientation nettement conservatrice, royaliste, cléricale, patriote, antisémite et anglophobe. Voici une sélection d’articles qui, retranscrits tel quel dans le style d’époque, vous présente les préoccupations que l’on soumettait à l’opinion des malouins. Sarah Bernhart au Casino de St-Malo. – Sarah Bernhart, la célèbre artiste, jouera au Casino de St-Malo ce soir, samedi 26 et lundi 28 août. Elle a tenu à se monter au public dans deux genres différents. Samedi 28, elle jouera la Dame aux Camélias ; lundi 28, Phèdre. (UMD n° 35 du 27/08/1899) Traitement des instituteurs. – Sur la demande du Maire, le Conseil décide que désormais les indemnités des instituteurs de la commune seront ainsi fixées : à Saint-Malo, 400fr. ; à Rocabey, 300 fr. Quand les instituteurs ne pourront être logés dans l’immeuble de l’école, ils auront droit, de ce chef, à une indemnité de 200 fr. Le professeur d’anglais touchera une indemnité supplémentaire de 100 fr. M. le Maire dit qu’ayant eu l’occasion, un de ces jours derniers, au cours d’une réunion pour la mutualité scolaire, de causer avec une institutrice de Rocabey, il a appris que celle-ci avait soixante-dix enfants dans sa classe, ce qui est beaucoup trop pour lui permettre de remplir efficacement sa mission envers tous ses élèves………. (UMD n° 52 du 24/12/1899) Pauvres piétons ! – Les piétons – il y en a encore – se plaignent très haut, à Saint-Servan, de l’inobservation obstinée, par les cyclistes et les automobilistes, du règlement concernant la vitesse des machines dans l’intérieur de la ville. On voit à tout instant des bicyclettes, des motocycles et des automobiles traverser les rues à une vitesse de rase campagne. Quelques bons petits procès-verbaux seraient peut-être d’un salutaire exemple. Il ne faudrait pas attendre, pour sévir, qu’il y eût des écrasés. (Le Salut des 17-18/10/1899) Avis aux cyclistes. – M. le Maire de St Servan vient de prendre un sage arrêté réglementant la circulation des automobiles, tricycles, bicyclettes et autres machines à locomotion rapide dans les rues et sur les autres voies publiques. Aux termes de cet arrêté, les cyclistes devront réduire leur vitesse à celle d’une personne marchant au pas, à 50 mètres environ de l’entrée de la ville. Il leur est interdit de passer sur les trottoirs et de traverser les places publiques, même conduisant leurs machines à la main. (Le Salut des 24-25/04/1899) Jean-Louis COLLIOT bibliothécaire

Coopération renouvelée entre la SHAASM et l’UTL

« La SHAASM a assuré avec intérêt et plaisir une session 2019/2020 de cours variés et complémentaires sur l’Histoire de Saint-Malo, pour le compte de l’UTL (Université du Temps Libre) de notre ville, cours donnés dans le bel auditorium de l’Institution Saint Malo / Intra-Muros, avec un réel succès auprès des très nombreux auditeurs inscrits. Le contexte sanitaire de ce printemps n’a malheureusement pas permis à MM René MARCAIS et Gilles FOUCQUERON de donner les deux derniers cours prévus pour cette session 2019/2020, à savoir  » Saint-Malo contemporaine : port – démographie – urbanisation «  pour le premier, et  » Saint-Malo ville d’esprits » pour le second. L’UTL et la SHAASM sont en cours d’élaboration commune d’un programme pour une session 2020/2021, qui volontairement ne reprendra pas les thèmes de la session 2019/2020, en choisissant une dizaine de sujets et/ou périodes précis de l’Histoire de notre ville, du Moyen-Age à nos jours. Ce programme, à la demande de l’UTL, pourrait commencer à partir d’octobre 2020 et s’étendre jusqu’ à avril 2021. Nous envisageons avec l’UTL de démarrer cette session 2020/2021 en proposant à Mrs MARCAIS et FOUCQUERON d’assurer les deux premières séances avec le cours qu’ils avaient respectivement préparé pour les 13 et 27 mars, et donc reporté. » Le moment venu, l’UTL diffusera à ses adhérents toutes les informations et précisions de sujets et de calendrier pour cette session 2020/2021, que la SHAASM sera à nouveau très heureuse de mettre en œuvre, grâce à ce partenariat fructueux entre nos deux structures. » Jean-Luc FAVRE, responsable communication

Les annales de la SHAASM de 1900 à 2008 sur Gallica

Les annales de la SHAASM depuis l’année 1900 jusqu’à 1950 sont directement consultables via le lien suivant: Les annales de la SHAASM depuis l’année 1951 jusqu’à 2008 sont directement consultables via le lien suivant: Un grand merci à notre précédent bibliothécaire Joël Le Gourriérec pour ce beau résultat d’un travail de longue haleine en liaison avec les personnels de la BnF. P.S. profitez donc du confinement imposé pour découvrir ou relire en ligne les passionnantes conférences de notre Société d’Histoire publiées depuis plus d’un siècle: elles sont toutes désormais à portée d’un click! Dans cette optique, votre confiné mais toujours dévoué postmaster vous a préparé ICI un petit guide pratique de la procédure de recherche d’informations sur un thème donné grâce aux ressources en ligne de la SHAASM Bonnes lectures!… Raphaël TRÉGLOS responsable informatique

Point sur les cotisations 2020

Nous comptons à ce jour 549 membres (105 couples et 339 individuels), dont 17 nouveaux depuis le 1er janvier (en 2019 : 532 personnes). Il reste environ une centaine de sociétaires n’ayant pas encore renouvelé leur adhésion pour l’année 2020 : importantes en ces moments difficiles, ces cotisations permettront de maintenir la vie de l’association. Vous pouvez régler par chèque ou virement à la SHAASM: IBAN: FR76 3000 3017 0500 0501 1019 303 BIC: SOGEFRPP en rappelant votre nom et n° de sociétaire. Yves BERTHIER et Raphaël TRÉGLOS, trésorier et trésorier adjoint

Gabriel Foligné, René Roussel: que de souvenirs!

Gabriel FOLIGNÉ (1938 – 2020) Le Dr Gabriel Foligné, adhérent depuis 1975, a été emporté par une longue maladie à la mi-février, quelques jours après notre dernière conférence. L’histoire de la santé à St-Malo a perdu l’un de ses spécialistes et notre Société un collègue sympathique et affable. A la SHAASM, il a donné plusieurs conférences : en 2014, « Histoire des hôpitaux de Saint-Malo, de la licorne au scanner, élargie aux lieux de soins de l’agglomération malouine. » (Annales 2014, pp.201-229, avec de très nombreuses notes) ; en novembre 2018, lors du colloque L’héritage social et médical de la Grande Guerre, il a présenté un à un « Les hôpitaux militaires à Saint-Malo (1914-1919) » (Coll. Les dossiers de la Société d’Histoire, vol.5, pp.61-77). Témoignant de notre reconnaissance et de notre sympathie, plusieurs administrateurs étaient présents aux obsèques. René ROUSSEL (1937 – 2020) Il y a un mois, le 13 mars, disparaissait notre ami René Roussel. Marin, navigateur régatier, passionné d’aventure maritime, il avait aussi un vrai talent de dessinateur et de peintre. La mer était sa principale source d’inspiration. Les malouins avaient pu apprécier ses gouaches et aquarelles lors d’une très belle exposition, en avril 2015, au château de la Briantais. René possédait aussi une autre qualité, il aimait raconter des histoires. Il les parsemait toujours d’humour. Très populaire dans les milieux maritimes et dans notre Société, on pouvait prévoir que ses obsèques réuniraient beaucoup de monde. Il n’en fut rien. Programmée le 17 mars, jour du début du confinement, la cérémonie fut annulée. Pour l’ultime embarquement de notre ami, seule la très proche famille entourait Annick, son épouse et notre présidente d’honneur. Qu’elle trouve, ici, le témoignage de notre grande sympathie et de notre amitié. Jean-Luc BLAISE, président

herodote.net : le meilleur site d’histoire, juste après shaasm.org

Le conseil du jour de votre dévoué postmaster : Pendant votre confinement, « surfez » sur ce magnifique site web entièrement consacré à l’Histoire et à toutes les histoires : particulièrement riche et varié, ce site vous propose forcément des articles qui vont vous passionner ; mais attention, c’est un site de culture générale grand public : si vous êtes le spécialiste d’un domaine historique précis, vous resterez sur votre faim à la lecture de ce qu’en présente herodote.net mais, pour découvrir des domaines improbables, laissez-vous aller de page en page et lien en lien… L’abonnement aux « amis d’herodote.net » coûte 20€/an mais permet l’accès à l’intégralité des ressources.

One comment on “Notre nouveau bulletin de liaison: L’écho de la SHAASM n° 00”

  1. bouessel du bourg dit :

    Monsieur le Président
    Je voudrais proposer un article à votre société d’histoire et vosu en soumettre le texte.
    A quelle adresse puis je l’envoyer?
    Cet article concerne Félix Besnier époux de Charlotte Magon de la Lande
    Coridlalement
    Jean Bouëssel du Bourg

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *