Décès le 22 novembre 2019 d’Alain ROMAN, grand ami et contributeur de la SHAASM

 

Isabelle LÊ.Modifié le 23/11/2019 à 12h48 Publié le 23/11/2019 à 12h44

Nécrologie. Alain Roman, spécialiste de l’histoire de Saint-Malo, est décédé

Homme discret et accessible, Alain Roman était un des historiens locaux de référence à Saint-Malo. Il a signé de nombreux ouvrages, notamment sur l’épopée des corsaires.

Le Malouin Alain Roman, historien et chercheur, a écrit plusieurs ouvrages sur l’histoire de Saint-Malo.

Le Malouin Alain Roman, historien et chercheur, a écrit plusieurs ouvrages sur l’histoire de Saint-Malo.

Alain Roman est décédé dans la nuit du jeudi au vendredi 22 novembre 2019, alors qu’il venait de fêter ses 78 ans. L’émotion est grande à Saint-Malo où l’homme était très apprécié pour sa gentillesse et sa discrétion.

Cet ancien professeur d’histoire-géographie avait été nommé à Saint-Malo en 1963. Il avait fait une partie de sa carrière au lycée Jacques-Cartier. Très actif, il a toujours fait quelque chose à côté. Du syndicalisme, de la politique… et des recherches, confiait-il dans nos colonnes en 2016, après sa promotion au grade de Chevalier des Arts et des Lettres.

Alain Roman avait occupé le poste d’adjoint à l’urbanisme, de 1977 à 1983, sous la mandature de Louis Chopier (PS).

« Un homme d’une valeur extraordinaire »

Cet habitant du quartier de Saint-Servan a consacré une bonne partie de sa retraite à l’écriture de livres sur le passé de Saint-Malo.

Il avait toujours plein de projets, confie l’éditrice Élodie Penot. Alain Roman a signé plusieurs ouvrages aux éditions Cristel sur la saga des Surcouf. Il avait aussi décortiqué les événements marquants de la cité dans la série Un Siècle d’histoire au pays de Saint-Malo.

Le Malouin était apprécié pour ses qualités humaines. L’homme ressemblait à l’auteur. Il était d’une grande gentillesse et d’une grande disponibilité.

Un historien d’une grande fiabilité

Alain Roman bénéficiait d’une belle popularité qu’il pouvait mesurer lors de séances de dédicaces en librairie ou lors du festival Etonnants Voyageurs. Ses anciens élèves, de tous âges, venaient le saluer, et ils étaient extrêmement nombreux. Ses lecteurs lui étaient très fidèles et très reconnaissants.

Historien d’une grande fiabilité, il vérifiait toujours ses informations à la source. Il était très précis et très juste, poursuit l’éditrice Elodie Penot. Toujours disponible, il ne se mettait jamais en valeur mais il avait une valeur extraordinaire.

Un expert de Surcouf

Alain Roman n’hésitait pas à s’emparer de sujets sensibles comme la traite des esclaves (Saint-Malo au temps des négriers, paru en 2001). Membre de la Société d’histoire de Saint-Malo pendant plus de 30 ans, il y a donné vingt conférences. C’est un personnage qui vient de partir. Un homme discret, taiseux, très observateur, témoigne Jean-Luc Blaise, président de l’association.

L’historien local aimait fouiller là où les autres n’allaient pas chercher. Il regardait à côté des légendes et passait un temps considérable aux archives. C’était le meilleur spécialiste de Surcouf. 

Claude RENOULT@ClaudeRENOULT :

Alain Roman nous a quittés la @VilleSaintMalo est en deuil. Professeur apprécié et historien reconnu il fût aussi un élu responsable de l’urbanisme donnant ainsi 6 ans de sa vie à ses concitoyens.

Un homme de transmission

Alain Roman avait à coeur de transmettre son savoir. André Lespagnol, professeur honoraire à l’université Rennes 2, l’avait accompagné dans ses études. Grâce à ses recherches, il est devenu l’un des plus fins connaisseurs de l’histoire malouine. Il était passionné, progressiste, c’était une personnalité remarquable. 

Philippe Petout, conservateur des musées de Saint-Malo, fait également part de son émotion : C’est une grande perte pour la divulgation de l’histoire malouine.

Claude Renoult, maire de Saint-Malo, salue le professeur apprécié et historien reconnu. 

Le conseiller régional Stéphane Perrin perd un ami «dont la conversation était toujours un moment de bonheur. Au travers de ses livres, le lien affectif qu’il a noué avec Saint-Malo et avec de nombreux Malouins perdurera longtemps encore.

Le député Gilles Lurton retiendra son ouvrage sur la traite négrière, un livre qui a dû faire l’objet d’un travail de recherche impressionnant. C’est une page de Saint-Malo qui se tourne.

Une cérémonie religieuse sera célébrée mardi 26 novembre, à 10 h 30, en l’église Saint-Jean l’Evangéliste de Bellevue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *