Le curé de Saint-Malo DUHAMEL (conventionnel) et sa famille

Quand :
15 décembre 2008 @ 14:00 – 17:00
2008-12-15T14:00:00+01:00
2008-12-15T17:00:00+01:00

Saint-Malo en 1785

par Monsieur Jacques DALBARD 

M. Dalbard est membre de la Société d’Histoire depuis 1985. Il nous a donné de nombreuses conférences, dont le thème ce mois ci est : Le Curé Duhamel de Saint-Malo. Le Curé Duhamel est un homme bien singulier avec une vie rocambolesque si l’on peut dire. Le 5 juin 1785 Alexandre René Duhamel est nommé chapelain de la cathédrale de Saint-Malo au premier tour. Il remplace le curé qui avait refusé de prêter serment à la Constitution. Il est l’un des quatre chapelains. Pourquoi Duhamel a t-il prêté serment ? Par conviction ? Par opportunisme ? Pour obéir à la Constitution ? Ne serait-ce pas plutôt par faiblesse !…De 1784 à 1792 Duhamel reste à Saint-Malo. Il validera le mariage de Chateaubriand en mars 1792. Apres le passage de Carrier en 1793 l’exercice du culte évolue rapidement. Le culte de la Raison s’impose et le curé Duhamel ayant une foi plus que vacillante renonce à la prêtrise et retourne à la vie laïque avec un pécule de 800 livres. Sa vie laïque le conduit un an après au mariage. Il épouse en 1794 Jeanne Le Meur dont il aura 4 garçons. Ils habiteront la rue de La Raison ancienne rue de La Paroisse. Duhamel a beaucoup de difficulté à faire vivre sa famille. N’ayant pas de métier mais sachant lire et écrire, il fabrique du faux papier timbré. Il devient faussaire. Il est arrêté pour trafic une 1ère fois et est condamné à 20 mois de prison. La leçon n’ayant pas été comprise, en juillet 1798 nouvelle arrestation au Val à Paramé et cette fois le tribunal le condamne à 12 ans de bagne et à 6 h d’exposition publique pour l’exemple. En 1801 nous le trouvons au bagne de Brest. Il est libéré en 1811 à 60 ans. Son épouse meurt en 1832 à Saint-Pierre et Miquelon et lui en 1836 à Saint-Malo. Mais l’histoire sulfureuse du « Curé Duhamel » ne se termine pas là. Si lui, a connu la paille humide du cachot pour escroqueries, ses fils et leurs enfants ont eu une réussite édifiante. Médecin, Polytechnicien, professeur à l’Académie des sciences de Paris, répétiteur à la faculté de Droit de Paris, normalien, etc… Parlaient-ils entrent eux de leur étrange ancêtre? Après cette originale et intéressante conférence de nombreuses questions ont été posées. [ill. : Saint-Malo en 1785 : gravure par Murciani, dans Saint-Malo, 2000 ans d’histoire de Gilles Fouqueron, 1999]