Pauvre Albanie… Mais quelle histoire !

Quand :
16 octobre 2017 @ 14:30 – 17:00
2017-10-16T14:30:00+02:00
2017-10-16T17:00:00+02:00
Où :
UIT

par M. Jean-Luc FAVRE

blason de l'Albanie

L’an passé Jean-Luc FAVRE, diplômé de Sciences Po Paris, avait traité d’une dimension méconnue de la Guerre 14/18 : la présence de 140 000 chinois en France recrutés pour pallier le déficit de main d’œuvre. Pour la conférence d’octobre de cette année il a choisi de parler de l’Albanie. S’il fallait chercher des liens avec St-Malo, on pourrait avancer que, lors de la Grande Guerre, des militaires malouins étaient engagés en Albanie, pour preuve le nom de Marthe de Goutière, inscrit sur le monument aux morts de St-Servan. Cette infirmière major, citée à l’ordre de son régiment, est morte pour la France, à Kauritza le 3 juillet 1918. Le conférencier reviendra aussi sur le rôle majeur d’officiers français dans la délimitation des frontières de ce pays à la fin de cette première guerre mondiale.

Dans une approche plus large, il apparaît pertinent de mieux connaître l’ Histoire contemporaine – singulière, mouvementée, et violente – de ce petit pays, à la fois si proche de nous (à 70 km de l’ Italie) mais pour le moins marginalisé, voire même « oublié », alors qu’il s’est vu octroyer en 2014 le statut officiel de « candidat à l’ Union Européenne », certes avec de très lourdes conditions préalables. Y parviendra-t-il ?

Plan de la conférence: I – L’ALBANIE AU TEMPS…..
  1. Des Grecs…….. du 6e siècle avant Jésus-Christ
  2. Des Romains…. au 4e siècle après Jésus-Christ
  3. De Byzance……du 4e au 14e siècle
  4. Des Ottomans (conquête et occupation) 1390 – 1912
  IIL’ALBANIE DES 1ère ET 2e GUERRES MONDIALES 1912 – 1944
  1. L’indépendance et la Grande Guerre 1912 – 1920
  2. Un difficile entre-deux-guerres 1920 – 1939
  3. L’occupation fasciste et la naissance du parti communiste 1939 – 1944
  III – L’ALBANIE ET LA DICTATURE STALINIENNE 1944 – 1991
  1. L’arrivée au pouvoir d’Enver Hoxha 1944
  2. La phase titiste 1944 – 1948
  3. La phase soviétique 1948 – 1961
  4. La phase chinoise 1961 – 1978
  5. De l’isolement à la chute 1978 – 1991
  IV – L’ALBANIE POST-COMMUNISTE – depuis 1992
  1. Une décennie chaotique – les années 90
  2. L’Albanie d’aujourd’hui
Une Histoire faite de violences, d’invasions, de dépossessions, de chaos, d’immobilismes…. Et aujourd’hui ?
 

Synthèse de la conférence de M. Jean-Luc FAVRE du 16.10.2017

pour être lue lors de l’assemblée du 20 novembre 2017

Monsieur Jean-Luc FAVRE, administrateur de notre Société, en charge de la communication et des actions vis-à-vis de la jeunesse a choisi de nous entretenir sur le sujet  : « Pauvre Albanie… Mais quelle histoire ! »


S’il faut chercher des liens entre le thème abordé et St-Malo, on peut avancer que, lors de la Grande Guerre, des militaires malouins étaient engagés en Albanie, pour preuve le nom de Marthe de Goutière, inscrit sur le monument aux morts de St-Servan. Cette infirmière major, citée à l’ordre de son régiment, est morte pour la France, à Korça le 3 juillet 1918.

Au pays des aigles, le territoire de l’Albanie est en effet constitué à 80% de zones montagneuses , l’histoire de ce petit pays a connu les colons grecs avant le VI° siècle en Illyrie puis la domination byzantine durant dix siècles avant sa conquête par les Ottomans en 1390. Il obtient son indépendance et la fixation de frontières reconnues en 1912 par la communauté internationale. Notre conférencier insiste sur certains aspects, notamment l’organisation des villes et villages-forteresses allant de pair avec une organisation clanique des populations. Il met l’accent sur l’importance du droit coutumier, le « Kanun », et son travers, « la reprise du sang », qui retarde encore la progression du pays vers une intégration dans l’Europe. L’usage de la « vendetta » reste toujours un fléau pour la société albanaise.

L’émigration massive des Albanais au cours des siècles constitue la base d’une importante diaspora : elle représente aujourd’hui sept millions de personnes, surtout en Europe et aux Etats-Unis, contre trois millions dans le pays lui-même.

C’est seulement à la conclusion de la Grande Guerre, après que le pouvoir ottoman se soit écroulé en 1912, qu’un officier français, le colonel André Ordioni (1862/1933), nommé administrateur de la France à Korça, représente la France à la commission interalliée de la fixation des frontières. Mais l’Albanie connaît alors le règne du Roi Zog 1er qui favorise le rapprochement de son pays avec l’Italie fasciste de Mussolini ; elle devient dans les faits une dépendance de l’Italie représentée par Ciano, le propre gendre de Mussolini.

Le communisme devient à la fin de la seconde guerre mondiale le régime politique du pays mais les Albanais cherchent à garder leurs distances vis-à-vis de Tito et de la Yougoslavie, puis de l’URSS en 1961 et enfin de la Chine en 1978. Le chef politique Enver HOXCHA engage alors son pays dans une isolation du monde extérieur qui sera fatale à son développement économique et social, jusqu’à la chute du communisme en 1991.

Jean-Luc Favre termine son exposé en soulignant trois grands traits qui caractérisent l’Albanie contemporaine :

– Un sentiment national fort, partagé par tous les Albanais, résidant sur le territoire ou faisant partie de la diaspora.

– Une fierté de vivre dans le pays d’origine de Ste Mère Térésa de Calcutta et d’être un des maillons permettant au Vatican de conserver des espaces de dialogue avec les musulmans.

– Une difficile progression des institutions vers les normes européennes qui restent la condition d’une intégration réelle de l’Albanie et qui constitue le chemin vers un avenir économique meilleur. Depuis 2014, l’Albanie est candidate officielle à son intégration à l’Union Européenne.

L’Albanie demeure un pays à découvrir, il est de toute beauté nous dit J-L Favre !

Plusieurs questions sont posées par l’assistance et M. Dominique Danguy des Deserts, petit-fils du Colonel Ordioni témoigne de l’influence française bien réelle, non seulement dans la région de Korça mais dans toute l’Albanie.

++++++++++++++++++++++++

 

Si vous étiez capable d’expliquer ces quatre illustrations …

2 comments on “Pauvre Albanie… Mais quelle histoire !”

  1. Jean-Paul Champseix dit :

    Message pour M. Jean-Luc Fabre
    Cher Monsieur,

    Je regrette de ne pouvoir assister à votre conférence et faire votre connaissance car je serai à Paris le 16 octobre. Malouin d’origine, j’ai passé 6 ans en Albanie (1982-1988), et avec mon épouse, nous avons écrit deux livres sur ce pays (57 Boulevard Staline et L’Albanie ou la logique du désespoir). Je viens également de terminer un ouvrage sur Ismaïl Kadaré. Les personnes qui s’intéressent à l’Albanie ne sont pas si nombreuses… et je vous remercie de parler de ce pays à l’Histoire difficile et qui gagne à être connu.

    Très cordialement,

    Jean-Paul Champseix

  2. YVICK DE BAUDINIERE dit :

    Cher Monsieur,

    Je regrette beaucoup de ne pouvoir assister à cette conférence
    Cordialement
    YVICK DE BAUDINIERE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *