Florent Thierry-Dufougeray, un condottiere au XIXème siècle

Quand :
19 mai 2008 @ 14:00 – 17:00
2008-05-19T14:00:00+02:00
2008-05-19T17:00:00+02:00

par Monsieur Louis LESBAUPIN

Florent Thierry-Dufougeray (1802 – 1887) était un jeune malouin Vice-Consul en Barbarie (Algérie!) entre 1824 et 1831 et fut un acteur des évènements ayant conduit à la prise d’Alger par l’Amiral Duperré et à la conquête du terrtoire algérien par les troupes françaises. Monsieur Louis Lesbaupin est un descendant de Florent Thierry-Dufougeray : il a retrouvé dans sa famille des documents originaux sur l’expérience unique de son ancêtre durant les débuts mouvementés de la présence française en Algérie et nous a fait un exposé passionnant sur les caractères des différents acteurs impliqués et sur les circonstances du fameux « coup de chasse-mouche » asséné par le Dey Hussein Pacha au Consul de France Pierre Derval. Florent Thierry- Dufougeray est né à Saint- Malo le 25 août 1802. Il épouse à Saint-Malo le 2 août 1835, Augustine Marie Deshais. Sur le conseil de son oncle François Duault, employé au ministère des affaires étrangères il entreprend une carrière diplomatique. Le Ministre d’alors est François René de Chateaubriand. Florent Thierry est nommé le 13 mai 1825 à Alger ou il arrive le 30 août. Le 4 avril 1830 il est nommé Vice-Consul de France à Alger en poste aux concessions d’Afrique, Bastion de France de La Calle (situé prêt de Constantine) Le Fort de La Calle a été fondé en 1552 par Tomasino pour abriter 250 pêcheurs de Corail. IL est donc présent en Algérie lors du débarquement du corps expéditionnaire français entre les 14 et 18 juin 1830. Alger capitule le 5 juillet 1830. le 17 mai 1831 Florent Thierry est nommé au Caire ou il reste en fonction deux ans. Muté à tripoli en Syrie il ne rejoint pas son poste et demande un congé pour raison de famille. Il se fait mettre en disponibilité le 27 octobre 1833. Cet homme sociable dynamique actif est bien un homme de son temps. Chez lui l’enthousiasme et imagination sont toujours tempérés par le réalisme. Il se montre ferme dans ses convictions. Le 23 juin 1860 en reconnaissance et afin de perpétuer le nom de son bienfaiteur, il demande et obtient à ce que son patronyme devienne Thierry-Dufougeray. Son fils Florent sera tué le 18 septembre 1860 lors de la bataille de Castelfidardo.Il mariera ses deux filles l’année suivante. L’aînée Augustine héritera des souvenirs de son frère mais qui disparaiteront dans le cambriolage du château de la Baume (Saône et Loire). Sa seconde fille Mathilde épousera Jean-Baptiste Lesbaupin juge à Saint-Malo.meurt le 17 juin 1887 à Saint-Malo et sera inhumé au cimetière de Rocabey.