Vincent de Gournay

Quand :
20 juillet 2009 @ 14:00 – 17:00
2009-07-20T14:00:00+02:00
2009-07-20T17:00:00+02:00

par Monsieur Bernard Mousson

Vincent de Gournay

 

Notre conférencier est le Président de la Société d’Encouragement pour l’Industrie Nationale, organisme fondé en 1801 et dont la mission, créée avec Chaptal, était de relever le défi britannique dans le domaine technique et industriel en suscitant l’innovation technologique par les concours et les prix et en diffusant l’information au sein des milieux techniques.

Or Chaptal était imprégné des idées libérales de Vincent de Gournay et de Turgot dont la doctrine était : « Laisser faire, laisser passer, mais simultanément, encourager les adaptations nationales« . Jacques Claude Marie Vincent, Marquis de Gournay (après achat du marquisat de Gournay) est né à Saint-Malo 28 mai 1712. Cet économiste français est considéré comme le premier des physiocrates. Physiocratie : Doctrine économique illustrée par Quesnay qui considère la Terre comme unique source de la richesse et supporte un ordre naturel. Disposant d’une grande culture économique, Vincent de Gournay, entre au service de Maurepas, ministre de la marine en 1744. En 1751 il devient intendant du commerce et parcourt à ce titre les provinces de France, accompagné dans ses voyages par Turgot sur qui il eut une grande influence. (Turgot sera contrôleur des finances en 1774). Gournay fut très lie avec Quesnay fondateur de l’école physiocratique. Cependant ses positions diffèrent de celles des physiocrates en ce qu’il ne place pas toute la richesse dans la terre et reconnaît que l’industrie crée une valeur réelle. Grand partisan de la liberté commerciale il adoptera la fameuse maxime : laisser faire, laisser passer le monde ira de lui-même. Partisan de la liberté de commercer, de produire, de travailler, il s’oppose au mercantilisme et dénonce l’intervention directe de l’état dans l’économie par les subventions. Il conteste aussi les corporations, les guildes et les privilèges exclusifs. Il inspira toute la tradition du libéralisme économique français. Cet homme brillant, mort trop jeune le 27 juin 1759 à Paris (47 ans) était un visionnaire et sa pensée n’est elle pas aujourd’hui d’actualité ? Après cette conférence de nombreuses questions ont été posées par l’auditoire.