La restauration du Fort de la Conchée

Quand :
17 juin 2013 @ 14:00 – 17:00
2013-06-17T14:00:00+02:00
2013-06-17T17:00:00+02:00

par Alain RONDEAU

Au lendemain de la libération de Saint-Malo, le fort de la Conchée, comme toute la ville, avait terriblement souffert des combats. Les tirs d’obus avaient totalement détruit toutes les constructions sur sa plateforme. Les logis ne formaient qu’un amas de ruines. Quarante quatre ans plus tard, rien n’avait changé. Le fort n’était plus qu’un repaire pour les oiseaux de mer que les tempêtes d’hiver allaient finir par engloutir. > La mise en vente de ces ruines en octobre 1988 n’attira guère d’acheteurs. Seul un journaliste Alain Rondeau en le visitant par curiosité, découvrit dans les salles basses de tir, transformées en grottes marines par les infiltrations d’eau au travers des belles voûtes de granit, que ce fort du XVIIe siècle, bien que délabré, constituait toujours un exceptionnel témoignage de l’art militaire de l’illustre Vauban. > Rassemblant une vingtaine d’amis, il décida de tenter, sans réellement songer à l’ampleur de l’entreprise, une restauration au moins partielle. Après des débuts bien difficiles, recueillant un peu de financement, sollicitant le soutien des Affaires Culturelles, il ne réussit avec son équipe qu’à relever quelques murs et à les protéger sous une petite toiture d’ardoises. Mais l’élan était donné. Année après année, le fort disposant d’un ponton d’accostage, ses énormes brèches dans les remparts comblées par des dizaines de tonnes de pierre, ses logis recouverts par de vastes toitures d’ardoises, retrouva peu à peu toute cette splendeur dont Vauban était si fier. > C’est cette longue et délicate restauration qu’Alain Rondeau se propose d’évoquer lors de cette conférence.