Jean Peltier, un armateur à Nantes, au siècle des Lumières, dans le tourbillon des affaires et des idées

Quand :
15 avril 2013 @ 14:00 – 17:00
2013-04-15T14:00:00+02:00
2013-04-15T17:00:00+02:00

par Jacques de CERTAINES

La mémoire d’une ville se réduit souvent, avec le temps, aux épisodes les plus marquants, en bien ou en mal, qui ont marqué son histoire. C’est ainsi que Nantes n’évoque trop souvent que la traite négrière et les profits immenses de quelques armateurs dont on peut encore admirer les hôtels particuliers. Jean Peltier, armateur nantais au siècle des Lumières, illustre de façon plus exacte ce qu’a été réellement cette deuxième moitié du XVIIIème siècle. Fils d’un petit négociant de l’île de Ré monté à Nantes pour y tenter sa chance, il réussit à s’associer à de grosses fortunes parisiennes, arma à la traite triangulaire puis pour soutenir la guerre d’indépendance américaine et enfin pour ramener les Acadiens en Louisiane. Sa fortune, qui fut à la fin de sa vie réduite à presque rien, n’a pas résulté prioritairement de « l’infâme commerce »; une analyse des charges et profits montre en effet que la traite négrière, pas plus de 20% des armements nantais, n’était pas l’activité la plus rentable. Par contre l’itinéraire de Jean Peltier, ses réseaux d’affaires, l’évolution de ses idées de la traite à l’abolitionnisme, sa passion pour de grandes causes… nous donne une toute autre image de Nantes, ville d’affaires certes mais aussi de brassage d’idées et de populations. Il est aussi intéressant de comparer ces profits de la traite négrière à ceux de l’armement en course qui a fait la fortune de Saint-Malo.Bon représentant du siècle des Lumières, Jean Peltier a participé au financement des œuvres de Voltaire, a tenté une carrière politique au début de la Révolution et a milité pour l’abolition de l’esclavage après avoir été négrier.